HERALDO DE ARAGON

8/4/2019

Rubén Darío Núñez

Ángel Gayúbar

Le souhait historique de la vallée de Benasque d’une liaison directe avec la France (c’est la seule comarque des Pyrénées sans passage direct) nécessiterait un investissement de 316 millions d’euros. Tel est le coût estimé d’un tunnel de 8.950 mètres (350 de plus que celui du Somport) qui rejoindrait la vallée française de Luchon, selon l’étude préliminaire de viabilité économique élaborée par la Fundación Transpirenaica, sur commande du ministère régional de l’Aménagement du Territoire du Gouvernement d’Aragon.

L’objectif était d’actualiser l’étude réalisée en 1994 par l’Université Polytechnique de Catalogne, qui recommandait la construction d’un tunnel de 9.300 mètres. Cette nouvelle étude envisage un nouveau tunnel de 5.310 mètres côté espagnol et 3.640  côté français. La bouche sud (Espagne) se situerait entre les kilomètres 67 et 68 de l’A-139, à une altitude de 1.426 m. le tunnel poursuivrait en ligne droite avec une pente descendante de 3% jusqu’à la bouche française au kilomètre 11,497 de la route D-46a, dans le défilé de Houradade.

Ce serait un tunnel bidirectionnel de 10 m de large, avec une pente maximale de 3%, limité à 80 km/h, un trafic moyen journalier de 1.000 véhicules (similaire  ceux du Somport et de Bielsa), interdit aux matières dangereuses. Le projet prévoit une galerie d’évacuation parallèle permettant le passage d’un camion de pompiers avec une liaison tous les 400 m avec le tunnel, des centres de secours tous les 250m et des systèmes d’extinction d’incendie tous les 150m.

-/-

Pour financer cet important investissement, trois solutions sont envisagées. Que l’Administration assume le coût intégral ou le recours à la méthode dite “allemande” qui prévoit le paiement à la fin des travaux ou dans un délai déterminé (—). La troisième option consisterait à établir un péage mixte.

Le rapport souligne que l’itinéraire actuel pour aller de Benasque à Bagnères de Luchon par Castejón de Sos, Viella et El Portillón représente 112 km et un temps de deux heures. Avec ce nouveau tunnel, il se réduirait à 25 km et 30 minutes, soit une économie totale de 87 km et d’une heure et demie.

Les auteurs considèrent que dans un secteur touristique comme celui-ci, le temps n’est pas un facteur déterminant, « mais la sécurité routière l’est davantage ainsi que le pouvoir d’achat des usagers ». En conséquence, ils  considèrent que le péage pourrait se situer à 28 euros par véhicule.

-/-

L’étude sera présentée dans quelques jours aux organismes qui travaillent côté français à ce projet de tunnel. On en profitera pour renforcer les liens et promouvoir  des actions conjointes économiques et sociales des deux côtés des Pyrénées, après la rencontre des habitants de Benasque et de Luchon en septembre.

-/-

Share This