Sa voiture percute une maison côte de Belair sur la RN134 : le conducteur décède
La voiture a percuté de plein fouet la maison de deux Buzéennes qui, fort heureusement, ne se trouvaient pas dans la pièce touchée. Le trou béant dans la façade témoigne de la violence du choc.

© F.B.
 
Par François Beneytou, publié le .

Un dramatique accident a eu lieu ce jeudi, en fin de matinée, sur la R134 au sommet de la côte de Belair, à la limite entre Buziet et Buzy.

Un dramatique accident s’est produit ce jeudi en fin de matinée sur la R134, entre Buziet et Buzy, au sommet de la côte de Belair.

Un automobiliste qui arrivait de Pau a perdu le contrôle de sa voiture. Le véhicule a quitté la route avant de s’encastrer dans la façade d’une maison située côté Buzy, au croisement de la nationale et de la D936. À l’arrivée des secours, le conducteur de la voiture était dans un état critique. Malgré les efforts des pompiers et du Smur, ce Béarnais âgé de 58 ans a succombé à ses blessures.

La pièce sinistrée était vide

Le trou béant dans le mur de la maison témoigne de la violence du choc. Fort heureusement, la pièce dans laquelle la voiture s’est encastrée n’était pas occupée au moment des faits. « Il était environ 11 h 45 quand on a entendu un gros boum », indique, choquée, une des deux femmes qui se trouvaient dans l’habitation au moment de l’accident. « J’ai vu des gens courir dehors, je suis sortie voir ce qu’il se passait ».

Selon des témoignages recueillis sur place, le 4×4 de la victime aurait doublé un autre véhicule 400 mètres avant le sommet de la côte lorsqu’elle a quitté sa voie de circulation avant de percuter le mur de la maison.

L’accident a provoqué un vif émoi dans le quartier où des riverains confient que la zone est particulièrement dangereuse en raison de la vitesse excessive des voitures. Même si, la plupart du temps, selon eux, il s’agit d’accidents matériels.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de ce nouveau drame de la route. Elle a été confiée aux gendarmes de la communauté de brigades de Laruns. Selon le parquet, l’hypothèse d’un malaise du conducteur était envisagée ce jeudi en fin de journée.

Share This