Les collectifs locaux mutualisent leurs forces pour une marche organisée ce samedi.

© g.B.
publié le .

Des collectifs locaux s’associent le temps d’une journée et appellent à remettre en question les projets locaux jugés polluants, de la déviation d’Oloron aux carrières.

Haut-Béarn en transition, le collectif Stop aux camions, les gilets jaunes d’Oloron et l’Association pour la conservation du cadre de vie à Oloron et au Bager (Accob) répondent à l’appel national en faveur de l’organisation d’une marche pour le climat, en préparant une manifestation dans les rues d’Oloron dont le départ est prévu ce samedi 16 mars à partir de 14h au jardin public. « On s’est aperçu que beaucoup de collectifs du Haut-Béarn avaient un point commun : celui du souci de la préservation de notre environnement », explique Francis, un gilet jaune.

« Mutualiser les forces »

« On arrive à trouver des millions d’euros pour construire une route, mais quand cela concerne la santé et la sécurité des habitants du Haut-Béarn, tous les robinets sont coupés. Pour nous, il y a quelque chose de complètement illogique là-dedans », estime Vanessa, qui invite également « toutes les associations qui se retrouveraient dans ce combat à venir nous rejoindre au jardin public. Il est important de parvenir à mutualiser les forces, pour que nos revendications aient un écho qui soit le plus important possible ».

De son côté, Gégé met en avant le fait que « le gouvernement culpabilise systématiquement les citoyens sur les thématiques de l’environnement. Or, le plus gros pollueur, c’est l’État ! Rien que sur le plan local, ce sont des hectares de forêt qui disparaîtront à cause de la déviation d’Oloron ».

« Non aux camions en Aspe »

« Il est temps de changer de système industriel, politique et économique, pour protéger l’environnement, la société et les individus », expliquent les quatre collectifs dans un communiqué commun, qui réclame « en local », « moins d’argent pour le routier » et « plus pour accoucher ». Les organisateurs de la marche s’opposent ainsi « aux camions en vallée d’Aspe et à la déviation d’Oloron à 86 millions d’euros », mais aussi « aux carrières en forêt du Bager et à Soeix », et se disent en faveur « d’une maternité et un service de réanimation sur Oloron ».

« Nous devons réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre dès maintenant pour limiter le réchauffement global à 1,5°C. Nous devons préserver la biodiversité, alors que nous vivons une sixième extinction de masse », explique le communiqué. À noter qu’un atelier banderole est prévu ce samedi de 10h à 12h au quartier général des gilets jaunes de Gurmençon, suivi d’une auberge espagnole.

Share This