HERALDO DE ARAGON

Ramón J. Campo

20/07/2021

El primer tren de hidrógeno que se ha puesto en marcha está en la Baja Sajonia en Alemania y es de la empresa Alstom.

Le premier train Alstom à hydrogène mis en service en Basse Saxe.

L’Allemagne et la France ont décidé de remettre en service d’anciennes lignes ferroviaires pour affronter le changement climatique et remplacer les avions par des trains électriques. C’est une décision radicale conjointe des deux principaux pays de l’Union Européenne pour maitriser la situation. En Allemagne, Lufthansa a étendu l’initiative Lufthansa Express Rail, afin que les chemins de fer allemands, DB Bahn, rejoignent 17 villes avec 134 fréquences quotidiennes depuis l’aéroport de Francfort.

Les trains rapides garantissent des coûts moindres, et surtout moins d’émissions de CO2, des liaisons plus rapides et une meilleure gestion des flux de passagers. Lorsque la liaison est réalisée de manière intelligente entre le transport aérien et par fer, les clients disposent de voyages plus fluides et plus économiques.

L’aéroport de Zaragoza est devenu le second du pays en trafic de marchandises et sa liaison vers l’Europe la plus directe serait de rouvrir le passage international de Canfranc. Dimanche dernier était célébré le 93e anniversaire de l’inauguration de la gare internationale, qui va devenir un hôtel de 104 chambres. Une vingtaine de membres de Crefco (Coordinador por la Reapertura del Ferrocarril Canfranc-Olorón) l’ont fêté en rappelant qu’aujourd’hui plus que jamais la  réouverture est une nécessité.

 

Le président Français, Emmanuel Macron, joue gros dans les élections qui se tiendront dans dix mois après sa défaite aux régionales, et le train sera une opportunité à saisir. J’espère que le Canfranc qu’avait soutenu le ministre José Luis Ábalos sera repris en héritage par sa successeur, Raquel Sánchez, et qu’il pourra  enfin rouvrir en 2025.

Share This