EL PERIÓDICO DE ARAGÓN

R. BARCELÓ

09/07/2018

Varios camiones entran en las carreteras de la comunidad aragonesa. - el periódico

« Importante entreprise de transport et de logistique recherche conducteur de PL pour déplacements nationaux et internationaux. Emploi en CDI, salaire compétitif». C’est l’une des nombreuses annonces qu’on peut rencontrer sur les portails de recherche d’emploi en Aragon, auxquelles ont recours de plus en plus d’entreprises qui manquent de chauffeurs de PL. Et la tâche n’est pas facile. La Fédération des Entreprises de Transport de Zaragoza (Fetraz) lance l’alerte sur le caractère préoccupant du déficit de chauffeurs, qui les oblige parfois à laisser leurs camions à l’arrêt, alors que le volume de travail a augmenté ces dernières années.

Le secrétaire général de la Fédération des Transports de Zaragoza (Fetraz), Fernando Viñas, chiffre à plusieurs centaines les emplois non pourvus dans la seule province de Zaragoza. «Il est très difficile de trouver des conducteurs dès lors que la nuit se passe en déplacement, car les gens préfèrent aujourd’hui gagner un peu moins mais concilier davantage le travail et la vie privée». Selon les données fournies par Fetraz, le salaire brut annuel d’un camionneur est d’environ 20.100 euros (primes incluses), mais la somme dépasse les 30.000 euros si on ajoute les frais de déplacement. Les heures supplémentaires et la disponibilité font encore monter le salaire de 4.000 à 5.000 euros de plus.

Personne ne discute qu’il s’agisse d’un travail sacrifié, d’autant que s’y ajoutent d’autres limitations comme l’âge pour obtenir le permis PL (à partir de 21 ans) et son prix élevé. La situation est telle que la Direction Générale du Trafic (DGT) a annoncé il y a un peu plus d’un mois l’abaissement à 18 ans de l’âge requis pour passer le permis, pour faire face au déficit de conducteurs.

THERMOMETRE DE L’ECONOMIE

Les entreprises consultées et l’Institut Aragonais de l’Emploi (Inaem) lui-même nous ont confirmé la gravité de la situation pour un secteur qui est devenu un bon thermomètre de l’économie. Si les camions occupent les routes aragonaises, c’est parce que l’activité est en croissance vigoureuse. Mais il manque des conducteurs, en particulier des jeunes. «Presque toutes les entreprises de transport moyennes et grandes manquent de camionneurs en Aragon», insiste Viñas. Au niveau de l’Espagne, le patronat alerte sur un déficit de 15.000 chauffeurs, et la situation en Aragon est encore plus préoccupante, puisque trois grandes entreprises sur dix à niveau national sont aragonaises.

RECHERCHE D’ALTERNATIVES

«Le manque de personnel immobilise quelques camions. Il n’y en a pas encore beaucoup, mais si le problème persiste, cela peut s’aggraver», alerte l’entreprise de Transports Sesé, la principale de la communauté autonome et la quatrième au niveau national, qui embauche des conducteurs depuis des années, même durant la crise.

Parmi les solutions envisagées par des compagnies comme Sesé figure la recherche de travailleurs hors d’Espagne. En 2007 ils ont fait appel à 117 camionneurs, selon Fetraz. Une autre alternative est de favoriser la formation de nouveaux conducteurs à travers l’Inaem, note Sesé, tout en indiquant : «nous essayons de retenir ceux que nous avons». De même, l’intermodalité, l’incorporation à la flotte du giga-camion ou du duo-camion ont également contribué à résoudre ce problème.

-/-

 

Share This