HERALDO DE ARAGON
Lundi 26 août 2019

Le sommet des sept pays les plus puissants de la planète à Biarritz se termine, et avec lui les restrictions qu’ont subies les camions au franchissement des Pyrénées pendant tout le week-end. Le tunnel du Somport va retrouver une situation normale dès 18h00 ce lundi, après un week-end de fermeture aux camions presque totale. Malgré cela, il n’y a pas eu de bouchon, même si le trafic était un peu plus élevé que d’habitude.
Ce passage frontalier entre l’Espagne et la France a ouvert aux camions dimanche soir, comme tous les week-ends du mois d’août. Les autorités françaises ont décrété des restrictions les samedis et dimanches pour favoriser le passage des véhicules de tourisme entre les vallées des deux pays, s’agissant d’une saison touristique. Bien que le sommet du G7 ait conduit à fermer les routes de Guipúzcoa aux camions, les français n’ont pas levé la restriction au Somport.
Le tunnel a donc rouvert en totalité à 22h00 dimanche, mais il sera à nouveau fermé aux camions entre 11h00 et 18h00, conformément à la mesure prise avant le sommet international de Biarritz.

« On verra si cela ne change pas d’ici là, car ils changent de plans toutes les cinq minutes », dénonçait ce dimanche José Antonio Moliner, président de l’Association Patronale des Transports à la demande de Marchandises d’Aragón (Tradime).
Les transporteurs aragonais critiquent sévèrement le lieu choisi pour la tenue du sommet, à proximité d’une des frontières les plus importantes des Pyrénées et en un week-end de trafic chargé, les véhicules qui se rendent au Maroc s’ajoutant au transit habituel des week-ends de vacances d’août.
Les difficultés de trafic ont finalement ont été moindres que prévues, tant en Aragon qu’au Pays Basque. Hier soir, la direction du Trafic du Gouvernement Basque a levé entre 21h00 et lundi 10h00 l’interdiction de circulation sur les routes basques aux camions de plus de 7,5 tonnes se dirigeant vers la frontière française.
L’absence de problèmes de circulation pendant le week-end et le fait que le gouvernement français ait également ouvert une ‘fenêtre’ au trafic des camions, a permis aux autorités basques de lever l’interdiction simultanément pendant quelques heures. Un vrai soulagement pour les centaines de camions qui attendaient sur les aires de service des provinces limitrophes.

Share This