El Periódico de Aragón

M.L. / AD

Saragosse | 22·11·21

Le développement du secteur logistique est un des principaux atouts de l’Aragon ces dernières années, afin de tirer parti de la disponibilité de terrains, de l’excellente situation géographique comme porte d’entrée de l’Europe. La forte croissance de la plateforme logistique de Saragosse (Plaza), l’intermodalité et la capacité à établir des voies de liaison ont permis au territoire aragonais de devenir une puissance logistique sur la scène internationale.

L’Aragon occupe la troisième place au niveau national dans le secteur logistique, derrière Barcelone et Madrid, à égalité avec la Communauté Valencienne. «L’arrivée de nouveaux promoteurs internationaux et opérateurs a contribué à dynamiser le secteur», indique Joaquín Cheliz, consultant à Saragosse de CBRE España. Cependant, Madrid et Barcelone manquent de terrain disponible, tandis que Plaza et autres sites aragonais peuvent s’agrandir sans problèmes.

Le secteur logistique représente en Aragon 5,5% du PIB (Produit Intérieur Brut), et plus de 40.000 emplois, et il a fait la preuve de sa résilience durant la pandémie.

-/-

Le transport terrestre est le sous-secteur principal avec 56% de la VAB (Valeur Ajoutée Brute) logistique en Aragon, suivie du stockage et des activités annexes au transport (22%), des activités postales et de communications (18,5%) et du transport maritime et aérien (3,5%).

-/-

L’Aragon est parvenu à constituer un hub logistique sur la scène internationale. La prochaine extension de la plateforme logistique de Saragosse (Plaza), le lancement de l’autoroute ferroviaire Saragosse-Algeciras, ainsi que le développement des plateformes logistiques de Huesca et Teruel figurent à l’horizon proche pour l’Exécutif aragonais, qui a vu l’effet d’entrainement de grandes entreprises comme Inditex, Amazon ou Bonàrea. Il faut y ajouter les prévisions d’extension du Terminal Maritime de Saragosse (TMZ) et du Terminal Intermodal de Monzón (TIM), qui constituent des ports secs reliés directement aux ports nationaux et où la logistique et l’intermodalité jouent un rôle de premier ordre. L’Aragon est également en première ligne pour l’usage combiné du transport routier, ferroviaire, maritime et aérien.

Saragosse possède également le second aéroport d’Espagne en transport de fret, avec un fort potentiel de croissance, ainsi que des centres de recherche comme Zaragoza Logistics Center (ZLC) et Itainnova, Aragón Exterior et le cluster Alia. Restent à créer des liaisons routières et ferroviaires avec la France, en particulier la réouverture de la ligne de Canfranc pour le transport de voyageurs et de marchandises.

-/-

«La logistique peut devenir en dix ans -ou même moins- le premier secteur économique de l’Aragon. Il lui reste encore un grand potentiel de croissance. Ce ne sont pas seulement des unités de stockage, y sont associées des centres de gestion de données, des drones, la gestion de processus et de numérisation», selon le président de l’Organisation Patronale de Logistique et de Transport (UNO), Francisco Aranda. «Tous les ingrédients sont réunis pour le succès. Le prochain pas sera de se vendre auprès du reste du monde. Du fait  des problèmes d’hyper-dépendance à l’égard de l’Asie, il y a des fabricants qui envisagent de partir de là-bas et de se relocaliser en Europe. L’Aragon a un rôle important à jouer sur ce point».

L’Aragon se trouve au coeur de ce défi. L’objectif pour les prochaines années est de «poursuivre la croissance de certains secteurs économiques», insiste la ministre régionale Gastón dans le cadre du forum mondial. «La logistique aujourd’hui repose sur le secteur automobile et l’alimentation, en particulier le transport des denrées périssables dans lequel nous voulons nous spécialiser, mais nous voulons également accroître notre potentiel logistique à d’autres domaines comme le secteur pharmaceutique, les produits en vrac ou la pétrochimie».

Share This