HERALDO DE ARAGON
10/12/2019
Ramón J. Campo

Le Livre Blanc de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse prévoit sa réouverture de la ligne en 2025. Il souligne en outre son «énorme potentiel» en transport de marchandises, pouvant atteindre les deux millions de tonnes, et le développement touristique qu’elle entrainera. L’étude sera présentée demain à Accous par le ministre régional de l’Aménagement du Territoire, José Luis Soro, et par le président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset.
Le livre a été réalisé par un consultant français dans un groupe pluridisciplinaire et fait partie du projet Canfraneus II, financé par les Fonds Européens de Développement Economique Régional (Feder) dans le cadre du programme Poctefa. «Face aux défis environnementaux et de santé publique, il est de notre responsabilité de lancer un projet qui évite les problèmes provoqués par le trafic qui circule sur la route», souligne-t-il. Il met également l’accent sur «les opportunités de développement touristique désaisonnalisé des vallées», dont la richesse patrimoniale exceptionnelle est encore accrue par la ligne».
Le texte précise que le projet doit avoir le soutien des habitants du territoire. Il indique que la réouverture de la ligne sera effective à moyen terme, «au plus tôt en 2025».
La publication souligne le fort consensus local et régional qui existe en faveur de la création d’un troisième couloir reliant la péninsule Ibérique à l’Europe. Un des principaux défis de la réouverture est de relier directement les principaux centres urbains (Saragosse, Bordeaux et Toulouse). C’est également de réduire le trafic routier par transfert modal sur le rail –les déplacements par camion à travers les Pyrénées ont augmenté de 2,2% entre 2010 et 2014, à 6,1 millions, contre seulement 2,6 par les Alpes–. L’objectif est de «faire de la ligne ferroviaire un axe pour les déplacements domestiques, touristiques et de marchandises, ainsi que pour «organiser des zones industrielles et touristiques transfrontalières autour du train».
-/-

Trafic international

Quant aux opportunités qu’ouvre le train pour les marchandises, le consultant s’en remet à 17 entreprises (12 en Espagne et cinq en France) interrogées par Ineco, rattachée au Ministère de Fomento. «La grande majorité des enquêtés considère qu’il y a un potentiel de charge ferroviaire suffisant sur le territoire pour que la réouverture de la ligne soit intéressante», indique le Livre Blanc. Quant au potentiel de la ligne Pau-Canfranc-Saragosse, les entreprises consultées indiquent qu’elle peut présenter un «intérêt international» comme passage transfrontalier entre la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe.
A propos du trafic potentiel, un consensus existe sur l’importance du secteur céréalier et agroalimentaire du sud de la France vers l’Espagne. Et également du transfert de pièces automobiles entre l’Aragón, l’Allemagne et l’Autriche. Cependant, la stabilité de ce type de trafic est subordonnée à la bonne santé économique du secteur et à la stratégie commerciale et industrielle des fabricants.
Le Livre Blanc qui sera présenté demain par les représentants de l’Aragón et de la Nouvelle Aquitaine évoque comme trafics potentiels ceux de l’entreprise papetière Saica, les sociétés du Groupe Jorge, Inditex, Decathlon, TMZ, la pétrochimique Samca, les produits forestiers, les vins et boissons. «Le volume total de marchandises potentiellement captives, en additionnant les volumes communiqués par les acteurs interrogés varie entre 1,5 et 2 millions de tonnes. Cela représente un trafic de 60.000 à 80.000 camions/an (de 120 à 220 par jour)», estime le rapport.

Share This