El Periódico de Aragón

18·06·07

Le Gouvernement affirme que le groupe de contact entre l’Espagne et la France pour faire avancer les sujets d’intérêt commun travaille à la réouverture du passage ferroviaire de Canfranc.

Il fait allusion à une étude sur la viabilité technique  et environnementale du contournement de la Sierra Caballera envisagé pour le ‘canfranero’ entre le contournement de Huesca et Caldearenas.

Les rayons de courbure de la ligne actuelle sont autour de 300 mètres en certains points de la section Ayerbe-Caldearenas et un peu supérieurs à 500 mètres ailleurs. Cela limite de façon très importante la vitesse de circulation et, en conséquence, les possibilités réelles d’obtenir un temps de parcours compétitif.

Le coût élevé des opérations de rénovation intégrale, qui n’amélioreraient pas significativement les temps de voyage, et donc le nombre de voyageurs, et la nouvelle impulsion donnée par le Gouvernement aux liaisons transpyrénéennes, ont rendu nécessaire de revoir complètement la fonctionnalité et le tracé de la ligne, et de réaliser des travaux qui soient compatibles avec la future traversée centrale des Pyrénées, selon l’Exécutif.

Cela amène à étudier la viabilité du contournement, qui pourrait représenter une première phase de la future traversée centrale.

Ce chantier fait partie du plan d’actions pour la modernisation de la ligne Huesca-Canfranc, qui est dotée initialement de 86,8 millions d’euros, à quoi il faut ajouter  le coût de la section de nouveau tracé entre Huesca et Caldearenas.

Les axes du plan d’action sont le nouveau tracé, dont l’étude est en appel d’offres ; la rénovation intégrale de la section Caldearenas-Jaca ; l’amélioration du tracé que les difficultés du terrain  rendent incompatibles avec la future traversée centrale ; la récupération de la gare de Canfranc et la construction du contournement ferroviaire de Huesca.

Share This