HERALDO DE ARAGON
25/4/2019
Ramón J. Campo

Les régions Aragon et Nouvelle Aquitaine ont présenté ce mercredi à la Commission Européenne leur requête pour le financement du tunnel international de Canfranc, qui relie les deux pays, et qui est fermé depuis 1970. Leur démarche a reçu le soutien du Ministère de Fomento et de la SNCF.
Cet argent servira à la rédaction de l’étude des presque 8 kilomètres de tunnel qui a été construit par les ingénieurs italiens Calderai et Bastianelli, qui avaient monté une entreprise à Bilbao en 1908, ainsi que les travaux de restauration de l’infrastructure, car pour le moment il n’y a même pas de voies. Lors de l’inauguration en 1928, l’entreprise italienne avait reçu 7.112.609 pesetas (42.847 euros) du Gouvernement, mais elle dut réclamer par la suite une rallonge.
Depuis que Bruxelles a approuvé un apport de 7,5 millions pour réaliser dix études sur la ligne, qui sont réalisées par la Nouvelle Aquitaine (sept) et l’Aragon (trois) et qui seront présentées cette année, le Mécanisme Connecter l’Europe a ouvert la possibilité d’inclure le tunnel international qui ne faisait pas partie du dossier de la ligne Pau-Canfranc-Zaragoza.
La demande a été élaborée au Ministère Régional de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et du Logement du Gouvernement d’Aragon, que dirige José Luis Soro. Ce dossier très élaboré a été présenté en partenariat avec la région Nouvelle Aquitaine. Ce travail a été réalisé en collaboration par vidéoconférence entre les techniciens de l’Aragon et de la Nouvelle Aquitaine, qui sont en total accord sur la défense de la réouverture.
La demande nécessitait en outre le soutien des deux Etats Français et Espagnol pour lui donner plus de poids face à la Commission Européenne, raison pour laquelle ont été apportées les signatures du Ministère de Fomento et de la SNCF. A cet effet, les présidents de l’Aragon, Javier Lambán, et de Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, ont sollicité le soutien de leurs pays respectifs.
Parmi les propositions de financement de la Commission européenne qu’ont présenté les régions Aragon et Nouvelle Aquitaine, figure la proposition de participer à la partie ferroviaire de l’esplanade de la gare de Canfranc.
Jusqu’à présent, les faisceaux de voies ont été enlevés là où est prévue la construction d’un parc, et deux voies ont été installées pour le transport de marchandises. Quand la nouvelle gare sera construite dans l’ancien hangar de transbordement, il faudra ouvrir trois nouvelles voies près de la Promenade des Mélancoliques.

 

Share This