DIARIO DEL ALTO ARAGON

EFE

23/11/2020

ZARAGOZA.- La ligne ferroviaire internationale Zaragoza-Pau par Canfranc sera à voie unique et à l’écartement international sur tout le trajet. Les conditions techniques seront équivalentes sur la partie espagnole et la partie française. Elle sera totalement électrifiée au plus tard en 2040, et il reste prévu de rouvrir le tunnel en 2025.

Le ministre régional de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et du Logement, José Luis Soro, a présenté ce lundi les hypothèses de convergence pour la ligne internationale Saragosse-Canfranc-Pau, qui déterminent les caractéristiques techniques que devra avoir la future ligne pour garantir l’interopérabilité des trafics transfrontaliers.

Un travail réalisé par les gouvernements d’Espagne, de France, d’Aragón et de Nouvelle Aquitaine avec Adif et SNCF-R, et qui est cofinancé par l’Union Européenne à travers le « Mécanisme Connecter l’Europe ».

Ces hypothèses de convergence prévoient une voie unique sur les 312 kilomètres (220 en Espagne et 92 en France), un gabarit commun pour tous les tunnels grâce à l’agrandissement des sections, une charge maximale de 22,5 tonnes par essieu, une longueur maximale des trains de 450 m pour les trains de marchandises et de 160 pour les trains de voyageurs, et un système unique de gestion RTMS, qui n’est même pas homogène aujourd’hui sur la partie espagnole de la ligne.

Pour atteindre ces longueurs, il sera nécessaire d’agrandir les  voies de garage et les raccordements, car les trains de marchandises nécessitent une longueur de garage de 720 mètres et pour les voyageurs des dimensions de quais adaptées.

Il faudra donc intervenir à Villanueva de Gállego, Zuera, Almudévar, Tardienta, Plasencia, Santa María de la Peña, Caldearenas, Sabiñánigo, l’esplanade des Arañones à Canfranc et, côté français, à Oloron, Bedous, Urdos et Pau.

Le travail réalisé par ces organismes présente plusieurs hypothèses de délai, qui pourraient être réduits « même de plusieurs décennies ».

Ainsi, on pense pouvoir rouvrir en 2025 le tunnel et la ligne internationale à l’écartement UIC, avec un système de gestion commun, mais avec les voies de garage actuelles.

L’allongement des voies de garage pourrait être réalisé d’ici à 2030, mais ces travaux pourraient se terminer plus tôt si l’on obtient le financement du prochain mécanisme Connecter l’Europe, tandis que l’électrification de l’ensemble de la ligne s’achèverait en 2040, un chantier compliqué qui requiert la construction de sous-stations et l’installation de caténaires. Mais ce délai pourrait également être réduit en fonction des fonds européens.

L’Union Européenne, rappelle Soro, donne priorité aux investissements pour la transition digitale et la transition verte, et ce dernier chapitre inclut la voie internationale de Canfranc, afin de reporter sur le rail le transport de marchandises qui passent actuellement par la route.

« Il va falloir se battre pour obtenir le financement européen afin de raccourcir les délais », affirme le ministre régional.

-/-

Dans le cas du tunnel de Canfranc, Soro a rappelé que le ministère a lancé les études et lancera le chantier dès que celles-ci seront terminées, mais que dans tous les cas les travaux d’électrification complète de la ligne sont « plus compliqués » que la réouverture du tunnel.

Quant au financement inscrit au budget de l’Etat pour cette ligne, il a reconnu qu’il est « insuffisant », mais le plus important est que ce qui est inscrit se réalise.

-/-

 

Share This