EL PERIÓDICO DE ARAGON

23·07·21

La consejera Marta Gastón destaca el enorme potencial de futuro de Aragón en el sector logístico.

Q- Pourquoi l’Aragon est-il devenu une puissance nationale et internationale dans le domaine logistique ?

R- Par sa situation stratégique et son excellente intermodalité, et grâce à tout le travail réalisé ces dernières années. Nous avons toujours considéré qu’il s’agit d’un pari stratégique pour ce Gouvernement et avons mis en œuvre une offre logistique globale : foncier excellent, services, innovation et formation spécialisée à tous les niveaux. Au bout du compte, l’Aragon est une des régions qui suscitent le plus d’intérêt chez les opérateurs logistiques et les fonds d’investissement à l’échelle mondiale. Les excellentes infrastructures ont progressé durant tout ce temps.

L’Aragon possède un positionnement de premier niveau auprès des entreprises de logistique. L’accessibilité et la capacité d’interconnexion entre l’aéroport, le chemin de fer et les autovías font de l’Aragon un hub logistique de premier ordre en Europe. Ajoutons à cela que nous disposons de centres d’assistance technologique de premier niveau et de centres de formation supérieure en logistique sous la houlette du prestigieux MIT (Institut de Technologie du Massachusetts), nous comprenons mieux le pourquoi de cette situation.

 

Q- Que représente  le secteur logistique en Aragon au plan  économique?

R- La logistique représente aujourd’hui un peu plus de 5% du PIB de l’Aragon. Le transport terrestre est le sous-secteur principal avec 56% de la VAB* logistique en Aragon, suivi du magasinage et des activités annexes au transport (22%), des activités postales et communications (18,5%) et du transport maritime et aérien (3,5%). Au niveau provincial la VAB* se répartit à 82% pour Saragosse, 10% pour Huesca et 8% pour Teruel. Cependant, notre conception de la logistique va au-delà du secteur proprement dit. Elle constitue un moteur pour d’autres secteurs économiques à travers l’intermodalité et les infrastructures.

Q- Les travaux d’agrandissement  de Plaza ont démarré fin 2020. Qu’est-ce que cela représente ?

R- L’extension de Plaza était motivée par la croissante demande de foncier logistique, surtout dans la province de Saragosse, ce qui a conduit Aragon Plataforma Logística à développer des plateformes plus efficientes pour répondre à cette demande croissante sur le marché du foncier logistique. Deux parcelles ont été acquises par un même client, Amazon, qui a déjà lancé la construction de ses nouvelles installations.

 

Q- Que représente l’arrivée de ce géant en Aragon?

R- Amazon a choisi nos plateformes pour sa distribution et également pour la gestion de données, ce qui va attirer d’autres entreprises du secteur. Il profitera aussi de l’important parc d’entreprises présentes chez nous. C’était un défi pour nous car les négociations avec les précédents gouvernements n’avaient pas pu aboutir. C’est pour nous un plus car ce sont des acteurs de référence en logistique.

Q- Une seconde extension de  Plaza est à l’étude sous la pression de la demande d’entreprises désireuses de s’y installer. Quelles sont les prévisions ?

R- Pour APL, il est clair que l’actuel agrandissement actuel n’est que le premier et que d’autres devront suivre à court terme afin de satisfaire à la demande existante. Le facteur temps est essentiel, car l’évolution des procédés d’automatisation, les progrès des technologies et du commerce électronique modifient drastiquement les exigences des clients, de sorte que le secteur demande des décisions à court et moyen termes.

Q- Que fait-on pour assurer la croissance de Plhus (Huesca) et Platea (Teruel)?

R- Plhus à Huesca et Platea à Teruel se consolident dans le cadre de la stratégie d’APL. Chaque plateforme a ses propres points forts et des clients potentiels de mieux en mieux définis. — L’arrivée de AWS à Huesca conforte la stratégie du Gouvernement pour cette plateforme, stratégiquement située. Pour Platea, à équidistance de Saragosse et Valence, l’idée est d’en faire une base de certains secteurs industriels comme l’automobile. Dans les deux cas, l’accent est mis sur le développement du chemin de fer qui offre des perspectives positives avec des clients potentiels.

Pour Huesca, c’est le développement d’un terminal ferroviaire par étapes. Elle est aujourd’hui dotée d’une voie non électrifiée, à écartement ibérique, et nous voulons la rendre compatible avec l’écartement européen. Quant à Teruel, la société que je préside a pour objectif de terminer la mise en service opérationnel du terminal ferroviaire de Platea. —

Q- En quoi consiste le projet d’autoroute ferroviaire entre Plaza et le Port d’Algésiras ?

R- Cette infrastructure est une initiative à laquelle l’Exécutif aragonais travaille depuis plusieurs années. La signature en mars 2017 d’un accord de collaboration avec le gouvernement Andalous pour promouvoir une stratégie commune en matière logistique, centrée sur l’autoroute ferroviaire, a marqué le début de la collaboration entre ces administrations qui s’est matérialisée, après de nombreux mois de travail, sur la présentation publique le 16 avril dernier. Ce projet stratégique, à travers l’optimisation des infrastructures existantes par Adif, permettra d’ouvrir aux entreprises aragonaises la porte vers le marché africain et vers l’Europe aux entreprises du sud de la Péninsule Ibérique.

L’intérêt des entreprises pour cette initiative est apparu clairement et aura une importance significative dans le changement de modèle de transport. Adif a confirmé qu’il souhaite voir ce  projet aboutir le plus vite possible, et les travaux de la première phase vont débuter, pour un montant estimé de 100 millions d’euros. L’autoroute ferroviaire Saragosse-Algésiras est un des projets prioritaires de la stratégie d’APL.

 

Q- Quels sont les autres projets du Gouvernement d’Aragon ?

R- Outre les futurs agrandissements de Plaza, nous poursuivons l’objectif d’augmenter la connectivité, en particulier au plan ferroviaire et aéronautique. Pour le ferroviaire, nous voulons nous doter de connexions avec l’Europe, conscients des difficultés que représentent les barrières (écartement, électrification, sécurité, saturations ponctuelles) qu’implique la frontière. Quant à la multi-modalité, en relation avec le développement de l’aéroport de Saragosse, nous voulons favoriser son utilisation par d’autres secteurs. Nous savons qu’il y a des secteurs qui recherchent de nouvelles implantations et nous y voyons une opportunité pour nous, grâce à la conjonction de modes que nous pouvons offrir à Saragosse, et aussi à Huesca.

Q- Quel est le rôle d’APL?

R- La croissance de la consommation, le dynamisme de l’économie, les progrès du commerce électronique, la présence de nouvelles firmes dans notre pays, les nouvelles formes de distribution, ou la nécessité de nouveaux moyens de stockage plus modernes répondant aux besoins des grandes firmes, sont des facteurs qui font que le marché logistique espagnol est au centre des préoccupations des investisseurs. APL doit être capable de répondre aux défis que pose le secteur logistique : le respect de l’environnement et le contrôle de l’empreinte carbone, la distribution des marchandises et les contraintes du dernier kilomètre, la transformation digitale de la logistique avec le Big Data, entre autres.

A travers APL, et avec la coordination de tous les agents impliqués, publics et privés, nous voulons faciliter le choix des implantations, des services complémentaires, l’établissement des dossiers administratifs correspondants –.

* VAB : valeur ajoutée brute (NdT)

 

Share This