L’usine de Safran sera spécialisée dans les freins carbone.

Archives E.N
publié le , modifié .

Selon l’Usine Nouvelle, c’est l’agglomération lyonnaise qui aurait la préférence de l’équipementier aéronautique. Safran va par ailleurs ouvrir une usine en Gironde.

C’était il y a deux semaines lors de la présentation des résultats de Safran. Le PDG Philippe Petitcolin avait pointé la difficulté rencontrée par le groupe pour ouvrir deux nouvelles usines en France: l’une spécialisée dans l’impression 3D et la seconde dans la production de freins carbone.

De quoi réveiller ici quelques souvenirs. Car ce second projet sur les freins carbones qui devait être porté par Safran Landing systems (ex Messier Dowty Bugatti), la filiale qui exploite déjà une importante unité à Bidos (800 salariés), avait survolé le bassin béarnais il y a deux ans.

En interne, la CGT de Safran Landing Systems défendait notamment une implantation sur le bassin de Lacq, en mettant en avant la vocation chimique de la plateforme ou le voisinage avec le groupe japonais Toray, producteur de fibres de carbone. Le site béarnais se savait concurrencer par d’autres plateformes chimiques, notamment le Havre et surtout Lyon. Pour le reste, difficile d’avoir à l’époque des informations sur ce projet tant l’omerta, qu’elle soit le fait des élus ou des responsables économiques, régnait sur ce dossier.

In fine, si l’on en croit les informations publiées ce mardi par l’hebdomadaire l’Usine Nouvelle sur son site internet, il semble bien que la future usine, qui permettrait la création d’une centaine de postes, prenne la direction de la région lyonnaise.

La seconde usine, celle dédiée à l’impression 3D, sera créée elle, au Haillan, en Gironde.

Share This