El Periódico de Aragon

31/01/2021

EDITO

Excelente en alta velocidad, mejorable en el resto -

L’offre ferroviaire en Aragon va s’améliorer notablement à partir de juin prochain. Surtout en grande vitesse, avec l’arrivée en mai de la compagnie à bas coût Ouigo, filiale de la SNCF ; et en juin d’Avlo filiale de la Renfe. Calatayud et Saragosse bénéficieront ainsi d’une large offre de trains les reliant en un peu plus d’une heure aux deux métropoles espagnoles, Madrid et Barcelone. Malgré les nombreuses entraves à la mobilité de ces deniers mois, onze TGV s’arrêteront dans la capitale aragonaise lorsque s’achèvera l’état d’urgence le 9 mai.

L’offre est donc excellente en grande vitesse, et elle va encore progresser notablement avec les options à tarifs très réduits, profitant aux nombreuses personnes pour qui l’AVE actuel est hors de portée. La grande vitesse espagnole est d’excellente qualité, après des décennies d’investissements. Elle irrigue la plus grande partie de l’Espagne et relie presque toutes les régions à la capitale. Mais les services ferroviaires espagnols se sont centrés sur ce moyen de transport, au détriment d’autres qui sont tout aussi nécessaires et qui sont en fort déclin.

Cette dégradation des services autres que la grande vitesse affecte particulièrement l’Aragon surtout en Moyenne Distance. Sauf quelques exceptions, l’offre est limitée en trajets et en fréquences, ce qui entraine une très faible fréquentation. Il est difficile de dire quelle est la cause et quel est l’effet, mais certaines lignes régionales comme Saragosse – Monzón – Lérida étaient plus fréquentées lorsque les horaires étaient adaptés aux besoins des usagers. Il en est de même sur la ligne nord-sud, Saragosse – Canfranc et  Saragosse  – Teruel – Valence, avec des Services de passagers d’un autre temps, lents et sujets à de nombreux problèmes et avaries. Dans ces cas on pourrait invoquer la non-rentabilité d’une aussi faible fréquentation, mais il ne faut pas oublier que c’est un service public que l’on doit offrir et qu’il aurait plus de succès si l’offre s’améliorait.

Renfe et le Gouvernement d’Aragon ont conclu un accord qui prévoit une profonde révision pour s’adapter aux besoins d’une communauté autonome au territoire très vaste et très peu peuplé, dans lequel le train peut jouer un rôle essentiel d’aménagement. C’était le cas dans le passé mais aujourd’hui on ferme gare après gare, et de nombreuses lignes sont devenues obsolètes. Rationaliser la dépense publique est certes une obligation, mais ce l’est également de fournir des services de qualité sans les subordonner uniquement à la demande, qui du reste s’accroitrait si les prestations étaient meilleures.

C’est aussi le cas des Cercanías (trains de banlieue, NdT) de Saragosse. La capitale aragonaise dispose depuis 2008 d’une ligne courte à fréquences très espacées et horaires peu pratiques. Sa fréquentation est donc faible, sans comparaison avec celles d’autres grandes villes espagnoles, même s’il est vrai que celles-ci ont une aire métropolitaine beaucoup plus vaste. Concilier les paramètres de rationalisation de la dépense avec la demande est indispensable, et il est urgent de le faire afin que les prestations des autres services ferroviaires soient aussi bonnes que celles de la grande vitesse.

Share This