Heraldo de Aragón
Edito
12/07/2019

La section Jaca-Santa Cilia de l’autovía A-21 (Jaca-Pampelune) est en service depuis hier. Ces 9 km viennent s’ajouter aux 15 km déjà en service, mais il manque encore 35,7 km pour rejoindre la Communauté de Navarre. Avec une extrême lenteur et de multiples arrêts, la construction d’infrastructures de transport se poursuit en Aragon. Pour des raisons d’équilibre régional et d’aménagement du territoire, le nouveau Gouvernement devra accélérer.
La liaison par autovía du Haut Aragon avec la Navarre a fait un pas hier, et le prochain pas, le tronçon Santa Cilia-Puente La Reina de 7,2 km, sera «entre novembre et décembre de cette année», a annoncé le ministre de Fomento du gouvernement sortant, José Luis Ábalos. Cependant, les 21 km entre Puente La Reina-limite de la province de Saragosse et le contournement de Jaca n’ont toujours pas fait l’objet d’appels d’offres. Pour mener à bien cette procédure administrative, le dirigeant socialiste a rappelé qu’il est nécessaire « qu’un Gouvernement soit constitué pour pouvoir approuver le budget 2020». Le long retard de ce chantier ne doit pas assombrir la bonne nouvelle de l’ouverture de la section Jaca-Santa Cilia, mais il oblige le nouveau Gouvernement d’Aragon, une fois constitué, à impulser les nombreuses infrastructures que la Communauté attend.
Dans l’indispensable amélioration du réseau aragonais d’autovías et de routes, les bonnes nouvelles sont rares. Elles ne peuvent faire oublier les nombreux chantiers encore en suspens, et qui n’avancent qu’avec une lenteur exaspérante, -quand elles avancent-, freinées par la faible volonté politique qu’ont manifestée la plupart des gouvernements centraux pour le développement de l’Aragon. C’est une juste revendication que les citoyens et les institutions de la Communauté ne peuvent oublier. Avec la nouvelle législature qui démarre, il faut remettre la pression pour que les forces politiques travaillent plus unies que jamais.

Share This