DIARIO DEL ALTO ARAGON
A. ECHEVARRÍA
18/07/2019

Más imágenes de la recreación y del público congregado

HUESCA.- La ville de Canfranc a vécu ce jeudi une de ses journées les plus importantes avec la sixième reconstitution de l’inauguration de la gare Internationale en 1928.
Une journée marquée à nouveau par la revendication de sa réouverture dans une ambiance festive et de gaieté. C’est ainsi que s’exprimait le maire de la ville Fernando Sánchez, affirmant que « c’est une façon originale de revendiquer le retour des trains vers la France ». A cette occasion et pour la première fois, la façade de l’emblématique édifice était en chantier pour la construction du futur hôtel, de même que la plateforme des Arañones.
Pour la sixième année consécutive, habitants, visiteurs et autorités ont effectué un voyage dans le temps pour l’ouverture en 1928 de la ligne ferroviaire entre l’Espagne et la France par Canfranc. La ministre régionale María Victoria Broto a déclaré : « Nous voulons que la gare de Canfranc retrouve vie » et elle a insisté sur le fait que Canfranc a toujours été convaincue que la liaison avec la France est essentielle. « Le gouvernement d’Aragon veut participer à cette relance et il sait que c’est tout-à-fait nécessaire ».
Comme toujours, les organisateurs avaient soigné chaque détail a la perfection, et ils ont invité tous les spectateurs à fermer les yeux et imaginer ce 18 juillet d’il y a 91 ans.
2.500 personnes étaient présentes, et plus de 400 avaient revêtu des costumes de l’époque. Notamment Víctor López, ancien maire de la localité. « Nous reconstituons ce qui a été et sera le moteur de Canfranc. Cela met en valeur ce qui peut dynamiser la vallée et le Haut-Aragon ».
-/-
La manifestation a débuté avec l’arrivée des passagers et membres de la société civile, ainsi que de l’harmonie du corps des ingénieurs de Jaca qui a interprété la Marseillaise et l’hymne d’Espagne. Étaient également présents la Garde Royale et les militaires, ainsi que des infirmières et des médecins de l’époque. Puis sont arrivées face à la gare les deux voitures des autorités espagnoles avec le roi Alphonse XIII, le général Primo de Rivera et l’évêque. Auprès d’eux se trouvaient les représentants français, dont le président de la République de l’époque, Gaston Doumergue.
Les deux chefs d’Etat ont prononcé un discours solennel face au pont qui donne accès à la gare Internationale. Comme en 1928, ils ont évoqué le caractère de « trait d’union de Canfranc entre les deux nations ».

Más imágenes de la recreación y del público congregado

Après leurs interventions, un groupe de jota aragonaise et un de danseurs français ont offert un petit concert pour célébrer cette journée festive qui s’est poursuivie avec marché d’artisanat sur la place de la mairie. L’après-midi, les autorités françaises et espagnoles ont prononcé un discours à la bouche de l’ancien tunnel du Somport.
-/-
Avec cette reconstitution s’ouvraient les fêtes de Canfranc qui débutent ce vendredi avec la nomination d’Alain Rousset, président de Nouvelle-Aquitaine, comme citoyen d’honneur et pregonero de cette année. « C’est quelqu’un qui lutte vaillamment pour que les trains passent de nouveau par Canfranc », a remarqué Sánchez, qui a ajouté « qu’il reste encore beaucoup à faire après 49 ans sans trains vers la France ».

Share This