Le bus doit devenir plus efficace que la voiture pour attirer les automobilistes.

Archives JPG
Par M. B., publié le .

Le projet de Plan de déplacements urbains a été acté ce mardi, par Pau Béarn Pyrénées Mobilités. Objectif principal : réduire l’usage de la voiture au profit de la marche, du vélo et du bus.

Voilà la grande ambition des 32 actions définies dans le Plan de déplacements urbains (PDU) qui signe les grands axes de la mobilité pour les dix années à venir : diminuer la part des trajets en voiture de 68 % en 2020 à 50 % en 2030. Et c’est la marche à pied qui doit sortir gagnante de ce report modal, grimpant de 19 % en 2020 à 30 % en 2030. Suivie par le vélo, de 5 % à 10 %, et les transports publics, en particulier le bus, de 8 % à 10 %.

370 000 trajets auto par jour

Un sacré changement de mentalité demandé aux habitants du territoire de Pau Béarn Pyrénées Mobilités (1) – et en particulier de l’Agglo de Pau – alors qu’en 2010, la part des déplacements en voiture y était de 75 % (elle baisserait donc d’un quart en 20 ans), à pied de 17 %, à vélo de 2 % et en bus de 6 %. Un véritable chantier quand 8 actifs sur 10 se rendent encore à leur travail au volant. Et que sur les 515 000 déplacements quotidiens estimés dans l’Agglo, 370 000 se font en voiture.

Il ne suffira pas d’un coup de baguette magique pour que l’ex-SMTU gagne son pari. Le premier étage de la fusée, c’est le réseau de bus, avec Fébus en tête de gondole. Lors du comité syndical qui a acté à l’unanimité, ce mardi soir, le projet de PDU, le président Nicolas Patriarche a expliqué qu’il faudra que le bus aille plus vite que la voiture, pour donner l’envie d’y monter. Ce qu’il n’a pas voulu exprimer en public alors qu’il évoquait les tests, réalisés en janvier, sur les feux des ronds-points des allées Condorcet et Catherine-de-Bourbon qui ont engorgé le trafic (notre édition du 11 janvier), c’est que pour détourner l’automobiliste du volant, il devra être dérangé et freiné dans ses habitudes.

On citera parmi les 32 actions dans les cartons :

  • lancer une politique de modération des vitesses et un plan piéton,
  • aménager un réseau cyclable, des parcs relais aux entrées d’agglo, un pôle d’échange multimodal à la gare,
  • développer le stationnement vélo, un code de la rue et le transport sur réservation,
  • poursuivre la mise en accessibilité du réseau de bus,
  • réduire le transit et les véhicules de livraison en ville,
  • accompagner le covoiturage,
  • sensibiliser aux pratiques alternatives à l’auto de l’école à l’entreprise.

255 M€ de financement

L’investissement public évalué pour mettre en œuvre ce PDU est de 255 M€, dont 177 M€ seront portés par le syndicat mixte et l’Agglo de Pau. Les plus grosses dépenses : 51 M€ pour Fébus, 30,9 M€ pour le réseau de bus, 31 M€ pour les pôles d’échanges multimodaux de Pau et Lescar, 11 M€ pour le plan vélo et le réaménagement de voies.

Ce projet de PDU, qui « trace les perspectives d’un projet politique ambitieux, s’inscrivant dans le long terme » pour lequel une enquête publique se déroulera cet été (après avis de l’État, de la Région, du Département et des 37 communes), sera définitivement voté en décembre.

(1) Le syndicat mixte recouvre les 31 de l’Agglo ainsi que Montardon, Morlaàs, Navailles-Angos, Sauvagnon, Serres-Castet et Serres-Morlaàs.

Share This