It seems you're using an unsafe, out-of-date browser. CLOSE(X)

Rencontre de Fomento et Adif pour élaborer un plan pour le Canfranc

EL PERIÓDICO DE ARAGÓN

05/11/2016

Le ministre régional de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et du Logement d’Aragón, José Luis Soro, a annoncé hier devant le parlement aragonais la tenue d’une réunion technique la semaine prochaine à Madrid entre des représentants du Ministère de Fomento et d’Adif pour établir «un bon dossier», qui sera présenté à Bruxelles pour solliciter un financement européen à la réouverture de la ligne ferroviaire internationale de Canfranc.

Soro répondait à une question de la députée du Parti Aragonais (parti régionaliste de centre droit NdT), Lucía Guillén, sur cette infrastructure ; il a indiqué qu’après les réunions de Pau et de Bruxelles, l’objectif fixé est de travailler «coude à coude avec la région Aquitaine pour la réouverture». Lors de  la précédente législature, le projet présenté par l’Aragón n’avait pas obtenu de fonds européens car il a été considéré comme «inconsistant» par la Commission.

Concrètement, le ministre régional autonomiste a indiqué qu’un rapport conjoint sera présenté pour demander un financement européen. A cette fin un groupe de travail a été constitué, qui s’est déjà réuni plusieurs fois, et il a été demandé aux gouvernements centraux de France et d’Espagne de provoquer une réunion du groupe quadripartite» devant l’importance des «engagements budgétaires des deux pays » afin d’obtenir ce financement de l’UE.

Soro a expliqué qu’il faut un « temps énorme pour rassembler une épaisse documentation» et c’est la raison pour laquelle «nous sommes impliqués dans ce travail technique». La députée du PAR Lucía Guillén a rappelé que ce dossier doit être présenté avant le 31 janvier prochain et elle voulait savoir quelles seraient les étapes suivantes que va suivre le Gouvernement régional après ses réunions à Pau et à Bruxelles.

La parlementaire a réclamé «du concret parce qu’il faut avancer pour tenir l’objectif de 2020» étant donné l’intérêt «touristique et logistique» de cette infrastructure ferroviaire «tant pour l’Espagne que pour Bruxelles», qui contribuera «à dynamiser une vallée qui a subi ces dernières années les graves conséquences de la crise et du manque d’investissements».

Les dernières initiatives de l’Aragón et de l’Aquitaine font avancer cette infrastructure, mais maintenant il manque un ferme soutien des États espagnol et français pour que cela aboutisse. H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.