It seems you're using an unsafe, out-of-date browser. CLOSE(X)

Un parcours historique pour exiger un train digne de ce nom dans la province de Teruel

La capitale du Bas-Aragon a mis dans la rue 6.000 personnes pour exiger qu’on ne laisse pas mourir la ligne. La manifestation de “Teruel Existe” de Valence à Saragosse a réuni des soutiens même dans les localités sans arrêt

La comitiva, frente a la estación del Norte de Valencia, por la mañana. - EFE / MANUEL BRUQUE

PERIODICO DE ARAGON

F. MANTECÓN / EFE

02/04/2017

Le train Valence-Saragosse parti hier de la gare du Nord de la capitale du levant est arrivé à la capitale aragonaise à 14h51, avec presque une demi-heure de retard. Rien d’extraordinaire. Ce qui l’était davantage, c’est le nombre de voyageurs, avec ses 150 places presque entièrement occupées, et ses costumes d’époque. Et plus spectaculaire encore est la vague de soutiens populaires et politiques qu’ont rencontré en chemin ses occupants, en majorité membres de l’association « Teruel Existe ».

La manifestation pour l’amélioration de la ligne et, en fin de compte, pour que soit tenue la sempiternelle promesse du couloir ferroviaire Océan-Méditerranée, était historique. L’était tout autant le déguisement des participants –habillés à la mode moderniste, pour manifester que le train est dans le même état qu’il y a un siècle, si ce n’est pire–, et aussi la mobilisation inédite rencontrée.

La meilleure preuve en sont les plus de 6.000 personnes qui sont descendu dans la rue à Teruel, pour une manifestation qui a accueilli les voyageurs en gare. Comme l’a déclaré le président de l’association, Manuel Gimeno, la mobilisation a dépassé ses espérances, dans une ville de 35.000 habitants. Gimeno la considère proportionnellement équivalente à une mobilisation de 800.000 à Madrid.

La manifestation de Teruel a obtenu le soutien entier auprès des politiques et des entreprises, représentés par la maire, Emma Buj et par le président de la Chambre de Commerce, Manuel Teruel.

 

La maire a déclaré que «c’est maintenant le tour de Teruel » d’obtenir des investissements dans le train, et elle a remercié Valence pour son soutien, car à son avis Zaragoza observe cette revendication «avec plus de réserve».

-/-

Puis ce fut le début d’un long voyage de presque 6 heures avec de nombreux arrêts dans des localités comme Sagunto, Calamocha et Sarrión. Toutes avaient organisé des rassemblements pour accueillir le train, mais ce qui a le plus ému les voyageurs, ce sont les manifestations de soutien sur les quais de gare des villes où le train passe sans arrêt. «J’ai même vu des cheminots pleurer, c’était très émouvant», raconte l’un d’entre eux.

L’expédition est enfin arrivée en gare de Delicias (Saragosse), où la centaine de voyageurs a été rejointe par un comité de bienvenue de près de 200 personnes. Parmi celles-ci se trouvait le ministre régional de l’Aménagement du Territoire, José Luis Soro «à titre personnel et comme président du parti CHA», ainsi que de nombreux polítiques.

-/-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.