It seems you're using an unsafe, out-of-date browser. CLOSE(X)

Le FMI situe l’Espagne parmi les pays qui consolident leur sortie de crise

EL PERIÓDICO DE ARAGON

24/07/2017

L’Espagne est un des pays qui s’améliorent selon le Fonds Monétaire International (FMI), ce qui amène l’institution financière à affirmer que « la reprise se confirme », lors de la présentation à Kuala Lumpur de l’actualisation du rapport Perspectives de l’économie mondiale.’

La révision, moins détaillée que l’étude présentée à Madrid le 18 juillet, prévoit que l’économie espagnole croîtra de 3,1% cette année ; et de 2,4% l’an prochain.

Ces données représentent respectivement une hausse de 0,5 et 0,3 point  par rapport aux chiffres publiés en avril dernier. Le FMI a reconnu il y a quelques jours que « la reprise économique de l’Espagne reste forte, et que la consommation, l’investissement et les exportations nettes contribuent à un modèle de croissance plus équilibré ».

REFORMES

Mais il recommande au Gouvernement Espagnol d’augmenter la productivité pour atteindre les objectifs  économiques, et de réduire les vulnérabilités par des fusions et assainissements des banques, de poursuivre les réformes économiques, de relever la TVA pour réduire le déficit et une dette publique « extrêmement élevée ».

-/-

Selon le FMI, le système de pensions de retraites espagnol ne sera viable que si l’on allonge la vie professionnelle et si l’on encourage les plans de pensions privés, rappelant que « la pension d’un retraité espagnol restera largement au-dessus de la moyenne européenne » avec une hausse annuelle de 0,25 %.

Dans les grandes lignes, l’Espagne, avec l’Allemagne, le Brésil, le Canada, la Chine, la France, l’Italie et le Mexique, forment le groupe des économies qui améliorent leur croissance dans l’actualisation du FMI, lequel confirme que la reprise se renforce et que l’économie mondiale reste sur « la bonne voie », avec des prévisions de croissance de 3,5 % en 2017 et 3,6 % en 2018.

Le FMI abaisse les perspectives de croissance des USA car il estime que la politique fiscale « sera moins expansive » que prévu. La première économie mondiale croîtra cette année de 2,1% et de 2,1% l’an prochain, soit moins que les 2,3% et 2,5% que les experts du FMI prévoyaient en avril.

-/-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.