It seems you're using an unsafe, out-of-date browser. CLOSE(X)

Le FMI revoit à la hausse la prévision économique de l’Espagne

La forte demande interne amènerait la croissance du PIB à 2,6% en 2017

PERIODICO DE ARAGON

RICARDO MIR DE FRANCIA / WASHINGTON

18/04/2017

Le Fonds Monétaire International (FMI) a publié son rapport de prévisions macroéconomiques. Après une croissance de plus de 3% ces deux dernières années, l’économie espagnole ralentit, mais à un rythme plus lent qu’initialement prévu, ce qui est une bonne nouvelle. Le Fonds Monétaire International relève de trois dixièmes ses prévisions sur l’Espagne par rapport à son analyse publiée en janvier dernier. L’organisme international prévoit une croissance de 2,6% du produit intérieur brut en 2017, un dixième au-dessus de la prévision du Gouvernement dans le budget de l’Etat de 2017, et encore largement au-dessus de la moyenne de la zone euro. Mais il prévoit une poursuite de la trajectoire descendante avec 2,1% en 2018.

La révision à la hausse de l’économie espagnole est en consonance avec la reprise de l’activité mondiale depuis la mi-2016, grâce à la reprise du commerce et de l’industrie. « L’accélération que attendions depuis un moment parait prendre corps », insiste le rapport sur les perspectives mondiales présenté à Washington.

-/-

En Espagne comme en Allemagne, c’est la « forte demande intérieure » qui fait office de locomotive.

-/-

Les données du FMI permettent de constater que l’Espagne a laissé derrière elle les risques de déflation (baisse continue des prix de consommation). Après une inflation négative l’an dernier, le Fonds prévoit que le niveau des prix évolue cette année à 2,4% (la prévision du Gouvernement est de 1,6%), ce qui provoquera une perte de pouvoir d’achat de la population, car l’inflation sera supérieure à la hausse des salaires, comme l’a noté récemment la Banque d’Espagne. En 2018, l’inflation se modèrera à 1,4%.

Le chômage poursuivra sa baisse, pour terminer cette année autour de 17,7% de la population active, presque deux points au-dessous de 2016, une bonne nouvelle assurément. Le Budget de l’Etat prévoit 17,5% à la fin de cette année. En 2018, le chômage se réduirait à 16,6%, ce qui indique qu’après une longue traversée du désert, l’emploi se consolide, bien qu’à un niveau deux fois plus élevé que la moyenne de la zone euro.

-/-

A moyen terme, le Fonds note la persistance de problèmes structurels, comme la faible productivité et les inégalités de revenus, qui nuisent à la reprise.

-/-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.