It seems you're using an unsafe, out-of-date browser. CLOSE(X)

La Ville d’Oloron se veut Smart

La Ville d’Oloron se veut Smart
Hervé Lucbéreilh, Luis Muñoz et Marc Duchesne portent ensemble le projet Smart Oloron.

PHOTO A..J.
PREMIUM

La Ville a présenté son projet Smart Oloron. Il vise à faire de la cité un modèle européen de commune interconnectée, dont le réseau pourra aider les habitants au quotidien

« Faire d’Oloron-Sainte-Marie une ville intelligente, c’est une ambition que nous avons depuis plusieurs années », s’enthousiasme le maire, Hervé Lucbéreilh, lors de la présentation du projet Smart Oloron. Une idée menée avec Marc Duchesne, consultant en aménagement numérique, qui pourrait s’accélérer d’ici peu. En effet, à la suite d’une récente collaboration avec la ville intelligente de Santander, en Espagne, Oloron doit déposer un dossier pour exposer son projet à l’Union Européenne, le 25 avril.

Luis Muñoz, professeur et référent du programme européen Smart City, est l’un des acteurs de ce projet. Il rappelle les enjeux des villes intelligentes : « En 2050, 70 % de la population mondiale vivra en ville. Il faudra donc trouver des solutions pour économiser les ressources. La technologie est un moyen de remédier à ces problèmes. Les habitants doivent alors être au cœur de cette technologie, la voir comme une aide pour mieux vivre dans la ville. »

Disséminer des capteurs

À Santander, un réseau de capteurs, infrastructure phare de la ville intelligente, analyse continuellement les données de la cité. Il récolte les taux de CO² et de NO², la température, la luminosité, l’humidité, le niveau de bruit et répond à certaines problématiques. Par exemple, le port peut être amené à cesser temporairement ses activités, si le taux de pollution est trop élevé. Un modèle de technologie qui inspire le projet béarnais. « On a déjà lancé des expériences, avec E-city pour le commerce en ligne, ou encore le stationnement intelligent rue Barthou, explique le maire. Mais il manquait un liant, un point commun à ces initiatives, qui est Smart Oloron. » Un projet qui veut résoudre plusieurs problématiques spécifiques à la ville.

« Par exemple, le problème des parkings en centre-ville. Les capteurs permettront de connaître en temps réel le nombre de places de stationnement disponibles », explique Hervé Lucbéreilh. La technologie doit aussi favoriser l’économise d’énergie, avec un éclairage public intelligent qui se déclenche en fonction du passage. « Les capteurs permettront d’économiser l’eau. Aujourd’hui, l’arrosage automatique se fait tous les jours, même quand il a plu la veille, indique le maire. Demain, grâce aux capteurs d’humidité, on pourra adapter cette utilisation de l’eau. »

Pas que pour les grandes villes

Oloron veut prouver par ce projet que le concept de « smart cities » n’est pas réservé qu’aux grandes villes. « Avant, cette stratégie était polarisée par les grandes villes, explique Luis Muñoz. On croit qu’aujourd’hui, c’est le bon moment pour étendre le phénomène à des cités de plus petite taille. C’est un moyen de les dynamiser. » Pour Marc Duchesne, « on veut montrer, au niveau européen, qu’une ville de moins de 20 000 habitants peut être une pionnière ».

Villes intelligentes : quèsaco?

Le concept de « Smart city », ou ville intelligente, émerge depuis plusieurs années. La ville est considérée comme un organisme vivant, dont la colonne vertébrale se base sur un réseau interconnecté. Elle dispose de plusieurs capteurs qui analysent constamment des données diverses : taux de pollution, d’humidité, conditions de circulations, etc. Ces capteurs peuvent, par exemple, indiquer en temps réel le nombre de places disponibles sur un parking, mais aussi d’économiser l’énergie : dans une ville intelligente, les lumières des parkings souterrains s’allument uniquement sur le passage des véhicules ou des piétons. La « Smart city » comporte d’autres aspects, comme un réseau de transport intelligent, ou encore le recyclage des déchets.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié.